Depuis quelque temps, fleurissent les critiques sur le fait de faire un réveillon, de faire la fête obligatoirement. Nombre de personnes de mon entourage me disent que c’est surfait, que nous faisons la fête parce qu’il est de bon ton de la faire. De même pour les voeux…. Il s’agirait d’un rituel contraint, sans âme, de l’ordre de l’obligation, etc, etc, etc…. 

Réveillonner, c’est faire un repas le soir de Noël ou du passage à la nouvelle année entre amis. En 1531 déjà, on considérait cela « comme un repas fait la nuit en compagnie ». C’est intéressant de constater que ce rituel est perçu maintenant comme une démarche marketing au même titre que la Saint Valentin (qui là, oui a une démarche totalement commerciale). Vous allez me dire, comme mes clients, que vous n’avez pas besoin d’une date pour faire la fête. Mais pourquoi était-ce si important avant alors que maintenant c’est en passe de se banaliser ?

Il convient de se souvenir qu’avant, nos grands-parents, nos parents n’avaient pas toutes nos vacances, nos RTT, notre vie tout simplement. A l’heure actuelle, nous pouvons poser des jours comme cela nous chante, partir à l’autre bout du monde pour passer Noël au soleil. Reveillonner avant était synonyme d’un repas convivial à un moment où nous étions tous en congès. C’était une date importante où l’on pouvait se retrouver car tout le monde était en repos. Donc la certitude de voir des personnes chères. 

Maintenant tous les codes de vie changent. L’importance de ces dates diminue. Pourtant est-ce une raison pour les mettre au rebut ? Ne peut-on pas y voir encore le sens premier où la joie de se retrouver primait ? 

J’avoue que souhaiter les voeux de bonne année à la fin du repas quand minuit arrive est une tradition qui me plait toujours. Quoi de plus beau que de souhaiter aux autres santé, bonheur, prospérité, joie, et tellement d’autres choses ? Alors oui, nous pourrions les souhaiter tout au long de l’année. Ceci dit nous pouvons toujours le faire. Rien ne nous en empêche… si ce n’est nous-mêmes. 

Mais le fait de souhaiter de bonnes choses à son prochain en début d’année permet aussi de se reconnecter avec un nouveau cycle. Alors oui, en principe, nous n’en avons pas besoin. Pourtant bien des fois, nous avons la tête dans le guidon. Bien souvent nous ne prenons pas de recul dans notre vie quotidienne. Bien souvent nous oublions…… Souhaiter le bonheur aux autres, c’est aussi souhaiter notre propre bonheur. N’oublions pas que les autres sont notre propre miroir…. Et donc une fois par an, le calendrier, le temps, nous rappelle de nous souvenir. Souvenir qu’il est nécessaire de prendre soin de soi, de faire attention aux autres et à soi-même. Cela nous rappelle que le temps passe vite et que les années filent. 

Les voeux de la nouvelle année permettent le temps d’un instant de se mettre sur pause, de faire un arrêt sur image pour voir ce que nous avons accompli l’année passée car bien souvent ce que nous souhaitons aux autres, c’est ce que nous souhaitons à nous-mêmes. Soyons heureux de pouvoir faire des voeux autour de nous car cela prouve que nous avons encore beaucoup de choses à accomplir et que nous avons beaucoup d’envies. 

Les cycles sont nécessaires afin de ne pas courir après notre ombre jusqu’à la nuit des temps sans jamais réfléchir au chemin parcouru. Les réveillons et les voeux sont là pour nous rappeler qu’une année vient de se passer, qu’il convient de se poser, de voir ses amis et sa famille pour mieux se retrouver. Afin de mieux repartir à l’assaut de nos envies pour l’année suivante.

A mon tour, de vous souhaiter tous mes voeux de bonheur, de joie, de réussite et de santé pour cette nouvelle année qui commence

Afin que je puisse m’élancer moi-même sur ma nouvelle année ….. 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *